Franz Riedweg
  • Franz Riedweg
  • Franz Riedweg
  • Franz Riedweg
  • Franz Riedweg

Franz Riedweg

29,00

Code EAN 8/13 ou code UPC : 9782368960295

Communauté germanique - Germanische Gemeinschaft

Edition en  français-allemand de deux brochures publiées pendant la guerre pour la promotion des volontaires non-allemand dans la Waffen-SS et consacrée plus spécialement à la Division Wiking.

Album relié, cousu,  format 210X295, papier couché semi-mat 135 grammes, 148 pages. Edition limitée limitée à 500 exemplaires.

Au moment historique où la faillite de l'idée européenne libérale devient un fait que l'on ne peut plus contester, la réédition en un volume des deux ouvrages publiés sous la direction du SS-Obersturmbannführer Franz Riedweg pendant la guerre est un hommage à ces précurseurs de l’idée européenne que furent les Waffen-SS, qui eut pour source la nécessité de défendre le continent européen contre la menace bolchevique.

L'alliance des ploutocraties occidentales et de la Russie stalinienne rendait nécessaire celle de toutes les authentiques forces européennes. Quelques rares esprits lucides l'ont compris très tôt, avant même le tournant de la guerre, la défaite de Stalingrad, à partir de laquelle il devenait évident que l'Allemagne seule ne pouvait plus vaincre. L'extension du recrutement de la Waffen-SS a été une réponse trop tardive et trop pragmatique pour pouvoir être efficace et permettre la conscience vive d'un héritage commun à défendre. Le Suisse Franz Riedweg en fut l'un le grand pionnier et il fit tout ce qu'il put pour insuffler à la Waffen-SS cet esprit européen qui devait préserver les peuples d'Europe.

L'héritage résidait pour Franz Riedweg dans la germanité, une unité de chair et de sang, plus que dans le germanisme, qui était encore trop l'expression politique du vieil Etat-Nation prussien. Les cahiers dont il dirigeait la rédaction devaient former la conscience politique, dans le noble sens du terme, évocateur des intérêts supérieurs des peuples, des soldats de race germanique, les nouveaux gardiens du Saint Empire romain germanique et de la liberté de ses peuples, pour qu'ils dressent un rempart contre la barbarie soviétique.

Il concevait la défense de l'Europe comme une geste chevaleresque. La poésie de sa conception européenne transparaît magnifiquement dans les volumes rassemblés, où l'image est reine et où le texte fait plus figure d'illustration. Franz Riedweg avait une haute intelligence de la beauté comme instrument de la conscience politique. Il faut saluer la splendide collaboration d’Erna Lendvai Dircksen, qui a su faire de la photographie le nouveau genre artistique pour exprimer l'âme de la race dans les visages d'un peuple, qui dépassait les Gau de l'Allemagne pour resplendir sur les terres norvégiennes, danoises, hollandaises et flamandes.

Franz Riedweg a eu au plus haut point l'intuition de la prégnance du sang dans l'identité européenne. Il faut se laisser guider par les instants paysans, artisans ou guerriers, les paysages, les vestiges de l'histoire qui projettent une lumière qui ne peut mourir.